Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

L’ATPS, en qualité d’organe représentatif des praticiens des techniques du spectacle vivant, réunit de nombreux corps de métiers tels que la coiffure, la conception lumière, la construction, la scénographie, l’art du costume, la confection, la création sonore, la vidéo, la direction technique, l’habillage, le maquillage, la régie, la régie générale, la technique, etc. De nombreux membres de l’ATPS sont également chargés de cours au sein de la plupart des grandes écoles qui forment les futurs professionnels du spectacle (La Cambre, L’EFP, Saint-Luc, EPS Saint-Luc,  l’Ecole du cirque, L’INSAS, etc.).

Dès 1991,

quelques professionnels ressentent le besoin de se regrouper en association représentative de techniciens du spectacle. Leur idée: rassembler, promouvoir, s’entraider, questionner, légitimer, défendre et former les techniciens professionnels du spectacle.

En 2000,

la professionnalisation rapide de notre métier liée aux avancées technologiques fulgurantes de ces années nous a poussées à penser différemment notre rapport presque artisanal au métier.

Parallèlement, l’ATPS décide de créer la cellule «formation» afin de répondre aux demandes spécifiques des techniciens, formateurs et étudiants, membres affiliés à l’ATPS.

Son objectif est d’assurer la formation continuée en organisant des ateliers centrés sur les technologies nouvelles (vidéo, dessin assisté par ordinateur, console numérique, automatisés, etc.) ou sur certaines techniques particulières (soudure, costume, son, électricité, etc.).

Nos travaux nous ont amenés à collaborer, déjà en 2003, avec Laurence Bovy, (alors Chef de cabinet de Laurette Onkelinx), sur les matières de catégorisations et de terminologie de nos métiers. En 2005, nous estimions, suite à nos entretiens avec notamment Thomas Loriaux et Michel Popov, qu’un centre de formation continuée serait nécessaire à nos métiers compte tenu du vide existant en Belgique, en comparaison des pays qui nous entourent.

Nous avons alors initié le CFTS, « Centre de Formation aux Techniques du Spectacle », projet qui, faute de moyens, n’a pu être développé.

En 2007,

nous obtenons la reconnaissance « ORUA ». Dès lors, l’ATPS participe aux différentes instances d’avis (CIAS, CTA, CAPT) et au CCAS. Nous avons siégé également au CA du Guichet des Arts ( de 2014 à 2017) et nous sommes membres de l’AG du Théâtre des Doms.

Depuis quelques années l’ATPS regroupe des scénographes.

Encouragé par Jean-Claude De Bemels, scénographe et président de l’ABSTAT (Association Belge de Scénographes, Techniciens et Architectes de Théâtre), nous décidons de développé nos activités concernant les créateurs de nos métiers.

En 2011,

nous sommes sollicités par le SGCA (Service Général de la Création Artistique) pour participer à un comité d’experts à propos des matériels techniques achetés par la FWB, mission demandée par la Ministre de l’époque, Madame Fadila Laanan. Cette commission à été dissoute par la Ministre suite à la suppression des moyens destinés à l’achat de matériel en Fédération Wallonie-Bruxelles.

En 2014,

l’ATPS organise un Appel à projets pour réaliser une exposition qui représentera la scénographie belge à la 13e édition de la Quadriennale de Prague.

Grâce aux aides financières de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Wallonie-Bruxelles International, la Loterie Nationale et le Centre belge de l’Institut International du Théâtre – Communauté française – ASBL, un stand représentant 9 spectacles créés en Belgique est réalisé et présenté à Prague en juin 2015 sous le titre de MovingLab.be.

Cette installation reçoit, durant la Quadriennale, la médaille d’or pour « The Best Exhibition Design ».

Estimant important de montrer cette exposition en Belgique, nous la présentons à la Maison de la Bellone et au Théâtre National en mai 2016.

Suite aux rencontres à Prague, la Quadriennale nous invite aujourd’hui à participer à un projet européen « Emergence » qui présentera la scénographie en Europe et prépare déjà à la 14e Quadriennale de Prague en 2019.

Quadriennale de Prague et OISTAT

 

Depuis toujours l’ATPS, au travers de ses membres, pratique une forme d’entraide, de mutualisation naturelle, fonctionnant grâce à des contacts entre collègues, contacts entretenus de longue date. Nous avons toujours estimé que les moyens techniques meubles ET immeubles, payés par de l’argent public, devaient servir au plus grand nombre.

A l’occasion de Bouger les lignes, nous avons poursuivi notre réflexion en collaboration avec Iles ASBL pour structurer et élargir ces principes de mutualisation lors d’ateliers participatifs rassemblant des acteurs du secteur. Cette réflexion a abouti à la rédaction d’un compte-rendu présenté en juin 2016 au Point Culture Botanique.

L’expérience acquise tout au long de ces années renforce notre conviction qu’il est nécessaire de nous associer à d’autres représentants de notre secteur pour développer la formation continuée et mettre en oeuvre un processus de mutualisation au profit de la collectivité.

Mutualisation